Avec le soutien institutionnel des laboratoires

Edito

Quelles séquences en oncologie thoracique ?
Par le Pr Nicolas Girard (Paris) le 06-06-2017
L’ASCO 2017 aura été marquée par de nombreux résultats posant la question des séquences thérapeutiques des cancers bronchiques non à petites cellules, dans de multiples situations thérapeutiques.
Pour les cancers bronchiques avec mutation activatrice de l’EGFR, ARCHER 1050 est le premier essai de phase III ayant comparé ... Lire la suite
Accéder à tous les éditoriaux

Zoom

Cancer colorectal métastatique (CCRm) : une avancée pour les patients BRAF mutés Par le Pr Côme Lepage (Dijon), et Pr Jean-Marc Phelip (CHU - Saint-Etienne), le 06-06-2017
Les patients atteints de CCRm présentant une mutation BRAFV600E ont un pronostic plus sombre. Le traitement par vémurafenib (inhibiteur de BRAF) en monothérapie est rarement utile. Des modèles précliniques ont (...) Lire ce zoom
Accéder à tous les zooms

Avec le soutien institutionnel des laboratoires

Comité de rédaction

Directeur de la publication: Thierry Klein

Directeur des rédactions: Dr Caroline Reitz

Coordinateur:

Dr Cécile de Labareyre (Vincennes)

Médecins rédacteurs:

Dr Marie Brevet (Bron)
Dr Florence Dalenc (Toulouse)
Dr Caroline Dutriaux (Bordeaux)
Dr Jérôme Fayette (Lyon)
Pr Nicolas Girard (Paris)
Dr Carole Helissey (Saint-Mandé)
Pr Côme Lepage (Dijon)
Dr Yohann Loriot (Villejuif)
Dr Bertrand Mennecier (Strasbourg)
Pr Jean-Marc Phelip (Saint-Etienne)
Pr Arnaud Scherpereel (Lille)

Le choix des lecteurs

Les derniers articles scientifiques

Retrouvez ci-dessous les derniers articles publiés (pour l'intégralité des articles, utilisez les menus).
Gastro-entérologie
Chimiothérapie adjuvante des CCR : 3 versus 6 mois. Les résultats par pays (France, Italie et Ecosse) sont divergents !
Pr Jean-Marc Phelip, CHU - Saint-Etienne le 6-06-2017
L’analyse poolée des 6 essais ayant comparé une CT adjuvante de 3 mois versus 6 mois (étude de non infériorité) a été présentée hier. Les résultats globaux des 12 834 patients randomisés sont négatifs mais avec une forte tendance à la non infériorité de 3 mois
Gastro-entérologie
Le Fruquintinib : un nouveau candidat pour la 3ème ligne du CCRM ?
Pr Jean-Marc Phelip, CHU - Saint-Etienne le 6-06-2017
Les options de traitements après échec des thérapeutiques “conventionnelles" du CCRM (5FU, Ox, Iri, Ac antiEGFR, Ac antiangiogénique) sont représentées par le TAS-102 et le régorafenib. Ce dernier a montré qu’une TKI à forte activité antiangiogénique
Pneumologie
Drogues épigénétiques au secours des anti-PD-L1 : épi quoi encore !
Pr Arnaud Scherpereel, CHRU de Lille le 6-06-2017
Malgré de nombreux succès de l’immunothérapie anti-tumorale dans le mélanome malin, le cancer pulmonaire non à petites cellules (CPNPC)…, il existe de nombreux patients réfractaires aux anti-PD-L1 notamment par absence d’expression (forte) de PD-L1 par les cellules tumorales et/ou d’infiltration
Sénologie
Le pembrolizumab pourrait améliorer les taux de réponse histologique complète en néoadjuvant : des raisons d'espérer...
Dr Florence Dalenc, Institut Claudius Regaud - Toulouse le 6-06-2017
Vous avez sûrement déjà entendu parler de l’essai américain, I-SPY 2 du National Cancer Institute, qui est un essai original qualifié de phase II adaptative. À l’aide d’une approche statistique dite « probabilité bayésienne de supériorité par rapport au groupe témoin », les patientes
Génito-urinaire
Résultats préliminaires de l'Epacadostat en association au pembrolizumab dans les carcinomes urothéliaux (phase I/II, ECHO-202-KEYNOTE-037)
Dr Yohann Loriot, Gustave Roussy - Villejuif le 6-06-2017
Des premiers résultats de combinaison de plusieurs immunothérapies commencent à émerger dans le carcinome urothélial. Une étude de phase I/II présentée en session orale a évalué l’efficacité et la tolérance du pembrolizumab (anti-PD-1) en association à
Gastro-entérologie
La localisation comme facteur pronostique indépendant malgré ajustement sur le statut moléculaire
Pr Côme Lepage, CHU - Dijon le 6-06-2017
L’essai Alliance CALGB 80405 n'a mis en évidence aucune différence en termes de survie sans progression (PFS) d’une bichimiothérapie (FOLFOX ou FOLFIRI) associée au Bevacizumab (BV) ou au Cetuximab (CET) en 1ère ligne du CCRm RAS sauvage (wt).
ORL
Epacadostat plus pembrolizumab chez des patients avec un carcinome épidermoïde ORL : résultats préliminaires de l'essai de phase I/II ECHO-­202/KEYNOTE-­037
Dr Jérôme Fayette, Centre Léon Bérard - Lyon le 6-06-2017
L’indoleamine 2,3-­dioxygenase 1 (IDO1) est une enzyme catabolisant le tryptophane ­qui induit une tolérance immune en réprimant les lymphocytes T. Une autre étude a montré (Abstract 6053) qu’IDO1 est activée par les traitements par anti-PD1, colocalisée avec PDL1 et corrélée à
ORL
Sécurité du pembrolizumab avec la radiochimiothérapie (CRT) chez des patients avec carcinome épidermoïde ORL localement avancé (LA-­SCCHN)
Dr Jérôme Fayette, Centre Léon Bérard - Lyon le 6-06-2017
Devant l’efficacité du pembrolizumab en phase avancée, il est tout à fait logique de le tester en association avec la radiochimiothérapie. Une étude préliminaire a donc été réalisée sur 27 patients entre novembre 2015 et août 2016, irradiés pour un cancer de stade III/IVb.
Pneumologie
Traitement du cancer pulmonaire non à petites cellules : quelle maintenance à maintenir ?
Pr Arnaud Scherpereel, CHRU de Lille le 6-06-2017
Loin des thérapies ciblées et de l’immunothérapie, le traitement de première ligne des patients avec un cancer pulmonaire non à petites cellules (CPNPC) métastatique repose encore principalement sur un doublet de chimiothérapie à base de platine. Le choix d’une chimiothérapie chez
Pneumologie
L'alectinib, nouveau standard de traitement de première ligne en cas de réarrangement de ALK
Pr Nicolas Girard, Institut Curie - Paris le 6-06-2017
L’alectinib est un inhibiteur de tyrosine kinase de seconde génération ciblant ALK, inhibiteur de certaines mutations associées à la résistance acquise au crizotinib, pour lequel des données sont disponibles après progression sous crizotinib : taux de réponse compris entre 51% et 64%
Pneumologie
Le dacomitinib, un nouvel inhibiteur de kinase de l'EGFR de seconde génération
Pr Nicolas Girard, Institut Curie - Paris le 6-06-2017
Le dacomitinib est un inhibiteur de tyrosine kinase de seconde génération ciblant l’EGFR. L’essai ARCHER 1050 est un essai randomisé ayant comparé le dacomitinib (45mg par jour) au gefitinib (250 mg par jour) en première ligne thérapeutique chez 452 patients atteints de cancer bronchique avec
Pneumologie
L'osimertinib, efficace en situation de progression cérébrale associée à la présence de la mutation T790M
Pr Nicolas Girard, Institut Curie - Paris le 6-06-2017
Les données sur l’efficacité de l’osimertinib en situation de progression cérébrale sous inhibiteur de kinase de l’EGFR de première ligne, avec identification de la mutation T790M, ont été analysées dans un sous-groupe de patients de l’essai randomisé AURA3, ayant comparé l’osimertinib à
Pneumologie
Le bevacizumab doit-il être maintenu tout au long de la prise en charge des patients atteints de CBNPC non épidermoïde ?
Pr Nicolas Girard, Institut Curie - Paris le 6-06-2017
L’essai AVaALL est un essai de phase III randomisé qui a évalué l’adjonction du bevacizumab au traitement systématique standard, de façon continue à partir de la première ligne. Au total, 485 patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules non épidermoïde ont été randomisés
Dermatologie
Les antiPD1 se font une place dans le traitement des carcinomes épidermoïdes cutanés avancés
Dr Caroline Dutriaux, CHU - Bordeaux le 6-06-2017
Le carcinome épidermoïde cutané localement avancé ou métastatique, non résécable, est une tumeur pour laquelle il n’existe pas de standard de prise en charge. La chimiothérapie conventionnelle +/- associée aux antiEGFr est une option thérapeutique, sans niveau fort de preuve, parfois
Dermatologie
Inhibiteurs BRAF-MEK : le « re-challenge » est possible !
Dr Caroline Dutriaux, CHU - Bordeaux le 6-06-2017
Cent-seize patients issus de 14 centres, ayant déjà bénéficié d’un traitement par BRAFi, sont de nouveau traités par BRAFi +/- MEKi après un intervalle libre. Ils sont évalués de façon rétrospective pour les paramètres d’efficacité : PFS, RR. Des facteurs prédictifs éventuels d’une meilleure
Pneumologie
Un inhibiteur de PARP (Veliparib) pour tenter d'améliorer l'efficacité de la chimiothérapie de première ligne par cisplatine et etoposide dans le CPC métastatique
Dr Bertrand Mennecier, Hôpital Civil - Strasbourg le 5-06-2017
L’hyper expression de PARP (enzyme impliquée dans les systèmes de réparation de l’ADN) fréquente dans les cancers à petites cellules pourrait expliquer une partie des résistances à la chimiothérapie.
Pneumologie
Quelle place pour le pembrolizumab en maintenance dans le CPC après chimiothérapie d’induction ?
Dr Bertrand Mennecier, Hôpital Civil - Strasbourg le 5-06-2017
L’étude présentée ce matin évaluait le pembrolizumab administré après 4 ou 6 cycles de chimiothérapie à base de platine, à des patients ayant un CPC métastatique. Le pembrolizumab était donné dans les 8 semaines suivant la fin de la chimiothérapie (l’IPC était autorisée), à 200 mg en dose fixe, toutes les 3 semaines, pour un maximum de 2 ans.
Pneumologie
Immunothérapie en monothérapie ou en combinaison dans le CPC : une cohorte d'expansion randomisée de l'étude CheckMate 032
Dr Bertrand Mennecier, Hôpital Civil - Strasbourg le 5-06-2017
L’étude CheckMate 032 est un essai de phase I/II multi-bras qui évalue plusieurs combinaisons dans les tumeurs solides. Les auteurs rapportent ici les données concernant les patients ayant un CPC métastatique en rechute après une chimiothérapie à base de platine.
 

{{ 'santor.envoieemailencour'|trans }}